Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liste des tags en cours de construction

Publié par Chouchane

Non, je n'ai pas lu Proust ! Chaque fois que j'ai commencé j'ai pensé c'est parfait et chaque fois j'ai refermé cette immense perfection en me disant que je n'arriverai jamais au bout du septième tome.   Peut-être que, avec l'âge, maintenant que je comprends mieux ce que signifie "l'édifice immense du souvenir" je pourrai re-essayer. Ce qui est sûr, c'est que j'aurais bien aimé la goûter cette grassement sensuelle Madeleine de Proust. La mienne est moins orthodoxe mais elle laissera des souvenirs à mes filles pour peu que je m'obstine à la faire régulièrement (et ça ce n'est pas sûr du tout, il y a tellement de chose à cuisiner ...).

Madelaines1.JPG

Voici un extrait de l'extrait (qui fait 3 pages, quand même !)

  "Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes - et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot - s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir."

 

Ingrédients pour 14 madeleines :

 

- 150 g de beurre

- 2 oeufs

- 90 g de sucre semoule

- 1 grosse càs de miel

- 4 cl de lait

- 1 sachet de sucre vanillé

- 1 càc de levure chimique

- 150 g de farine

- Le zeste d'un citron bio.

 

Une ganache faite avec 60 g de chocolat noir et 4 cl de crème liquide.

 

Réalisation :

 

Préparer la pâte la veille (si ce n'est pas possible c'est pas grave mais les madeleines seront moins légères)

 

- Faire un beurre noisette : le faire fondre dès qu'il bouillonne compter 1mn. Il change légèrement de couleur. Enlever la mousse sur le dessus et réserver.

- Dans un saladier mélanger le sucre, les oeufs, le miel, le zeste de citron puis ajouter la farine tamisée avec la levure.

- Incorporer le beurre en prenant soin de ne pas verser le petit lait dans la préparation (c'est le liquide clair et  blanchâtre qui se trouve sous le beurre fondu).

- Réserver le tout au réfrigérateur.

 

Le lendemain cuire 10 à 15 minutes th.7.

Quand elles ont tiédi, retourner les madeleines sur leurs alvéoles et les tartiner de ganache tiède. Placer sur grille à pâtisserie et laisser  (côté plissé à l'air) avant de les retourner.

Madeleines2.JPG


 


 



Commenter cet article

Clemence 12/12/2010 10:32


Tout comme toi je ne suis pas allée au bout de Proust... Mais j arriverais sans pb à aller au bout de ces madeleines !