Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liste des tags en cours de construction

Publié par Jasmine

Avez-vous remarqué que sur les marchés, depuis quelques années, sont réapparues d'anciennes variétés de tomates ? Les marmandes anciennes, les coeurs de boeuf, les cornues et autres big zebras...  Alors comme l'été c'est le temps des travaux d'Hercule : confiture, conserve, fruits séchés... c'est le moment de faire ses bocaux de coulis !

Conserve-tomates-1.JPG

 

Le bocal jaune, c'est le coulis des grosses tomates ananas !

 

- Compter 6/7 kilos de tomates pour 5 bocaux de 1 litre.

- Après les avoir rincées, couper les tomates en morceaux grossiers et les faire cuire avec du sel et du poivre.

- Une fois qu'elles sont compotées, les passer au moulin à légume - Etape impérative pour avoir un beau coulis.

Coulis-moulin.JPG

 

- Remplir les bocaux avec le coulis obtenu, jusqu'à la limite indiqué sur le bocal.

- Placer la rondelle en caoutchouc et coincer les bocaux dans le stérilisateur.

 

Cuisson : 15 minutes à partir du moment où le thermomètre indique 100°

 

Conserves-de-tomates-2.JPG

 


Commenter cet article

jpmars 24/07/2011 20:43


Ma grand-Mère, en Corse mettait les tomates coupées dans un grand plat avec du sel et laissait le tout au soleil dans la journée et les rentrait le soir en les remuant bien.Et cela jusqu'à ce que
cela devienne une crême. A la fin,elle devait,sans doute ,je ne me souviens pas, passer au moulin à légumes et mettait encore quelques jours au soleil et comme j'étais déjà un sacré gourmand, de
temps en temps ,en passant, je trempais un doigt dans cette fameuse crême,un délice,mais il ne fallait pas être vu...Par contre ,je ne sais pas comment elle la conservait.Elle faisait son saindoux
et son huile d'olive alors quelle solution?


Chouchane 25/07/2011 10:51



Ma grand-mère arménienne faisait elle aussi son coulis de tomates. Première phase, elle laissait les tomates rougir à fond au soleil dans des clayettes, quand elles étaient un peu fripées mais
pas pourries (pour cela il faut un beau soleil de fin juillet), elle les coupait en deux et les salaient pour un deuxième bain de soleil. Le tout se terminait dans le moulin à légume grille fine.
J'ai l'impression que le sel et le soleil suffisaient à confire l'ensemble et à lui permettre une conservation sans stérilisation.